Gris Bordeaux : « Birame Soulèye Diop a d’autres choses à faire que dénigrer la lutte »

Gris Bordeaux s’invite dans la polémique provoquée par la sortie du ministre Birame Souleye Diop. Le 3ème Tigre de Fass se désole des propos et attend le ministre dans d’autres dossiers plutôt que le dénigrement de la lutte.

Les répliques continuent de plus belles. Birme Souleye Diop paie sa sortie contre les promoteurs de lutte, à l’occasion de la Korité. Le ministre de l’énergie, du pétrole et des mines prévenait les promoteurs et acteurs du football que les nouveaux ministres n’accepteront pas le parrainage des manifestations sportives. Ses propos ont été mal accueillis. Ainsi, après Pape Abdou Fall, président de l’association des promoteurs, dans nos colonnes, Gris Bordeaux prend la balle au rebond pour également recadrer le nouveau ministre. « Nous sortons du mois de ramadan, un mois de promotion. Nous l’avons vécu paisiblement et c’est le moment de demander pardon à tout le monde, particulièrement aux acteurs de la lutte. Par rapport à la sortie du ministre Birame Souleye Diop. Je ne le connaissais pas. Mais à cause de sa sortie, il est devenu célèbre. Parce que la lutte est une discipline très aimée. Quiconque l’attaque, se met au-devant de la scène. C’est après sa réaction que j’ai cherché à savoir qui il était. Mais en tant que ministre, nous l’attendons sur d’autres dossiers. Il n’est pas le ministre des Sports ni le porte-parole du gouvernement. Sa sortie a dérangé beaucoup de personnes. Et je sais que ses supérieurs ne vont pas cautionner ses propos. Nous avons un Président Sérère. Et qui parle de la lutte, parle forcément des Sérères. Nous ne voulons plus de discours, nous voulons du travail. Il a des charges lourdes qui l’attendent. L’électricité est chère, les contrats énergétiques, la vie chère, c’est ce qui attend le ministre et non des questions sur la lutte. On attend de lui des résultats dans son ministère. Donc, il a autre chose à faire que de dénigrer la lutte. Je ne dis pas la lutte, mais le monde sportif tout entier attend beaucoup plus du nouveau gouvernement que des questions de parrainage », a réagi le président de l’association des lutteurs en activité qui intervenait au téléphone à Albourakh TV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *