Refus manifeste de lutter : Boucher Ketchup, une farce de mauvais goût

Boucher Ketchup avait donné rendez-vous aux acteurs,  ce samedi, à l’arène nationale. Le lutteur devait croiser Thiatou Ndakaru qui n’a pas montré grand-chose pour vaincre. Boucher a refusé de lutter, une attitude regrettable.

Au départ Thiatou Ndakaru devait croiser Pape Sagna. Mais le CNG aurait refusé ce combat parce que le premier nommé était plus lourd, d’au moins 15 kg, que son adversaire. C’est ainsi que le promoteur a finalement décroché Boucher Ketchup pour affronter le Fassois. Beaucoup doutaient de la venue de Boucher. Finalement, il s’est présenté à l’arène pour disputer le 7ème combat du jour. Son heure arrivée, Boucher se met devant Thiatou Ndakaru. L’arbitre siffle le coup d’envoi du combat, Boucher recule jusqu’à sortir de l’enceinte. Il reçoit un avertissement. Il refait la même chose, deuxième avertissement. Troisième round, Boucher reste sur sa logique. Près des sacs, Thiatou Ndakaru lance un coup feinté par Boucher, mais le Fassois trébuche et pose ses trois appuis. Boucher quitte l’enceinte et crie victoire. Si les portes de l’arène n’étaient pas fermées à clef, il serait rentré à la maison. Ne pouvant pas sortir, il a finalement été raisonné. Il finira par revenir pour poursuivre le combat non sans prendre un troisième avertissement. Quatrième round, quatrième avertissement, cinquième round, cinquième avertissement et l’arbitre siffle la fin du combat. Thiatou Ndakaru est déclaré vainqueur. Une déception totale de tout le public. Boucher Ketchup est venu sans aucune intention de lutter. Et ce n’est pas sa première fois. En effet, lors de son combat contre Ziza, il était resté sans initiative et avait aussi perdu par avertissements. Une farce de mauvais goût, c’est ce que Boucher a offert aux amateurs, samedi. Le CNG est attendu pour prendre des mesures. Un lutteur ne peut pas se permettre d’encaisser l’argent d’un promoteur, en faire perdre aux amateurs et refuser de lutter. Ce comportement devrait aussi servir de leçon aux promoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *