Entretien avec Modou Lô : « Ama Baldé et moi, ce que nous nous sommes dit »

Première grande prise de parole de Modou Lô depuis sa victoire royale contre Ama Baldé, le 5 novembre dernier. Et cette sortie a été motivée par le combat de ce dimanche entre Lac de Guiers 2 et Siteu, organisé par Mansour Ba, un proche du Roi des arènes, en plus habitant des Parcelles Assainies. XLO est revenu sur son combat, il a révélé les propos échangés avec Ama Baldé dans l’enceinte tout en annonçant sa présence à l’arène nationale ce dimanche.

« La peur avait fini de gagner tout le monde »

« La tension était montée, mais cela va avec la lutte. Mais pour dire vrai, la peur avait fini de gagner tout le monde. Les gens avaient peur surtout après le combat. Heureusement, qu’il n’y pas eu de dégât. Je salue de passage mon frère Ama Baldé. Je l’encourage. C’est cela le sport. Dans un combat, on ne peut qu’avoir la victoire, la défaite ou un match nul. Il a perdu. Il doit reprendre ses entraînements pour revenir plus fort. Le jour du combat, j’ai pris tout mon temps. J’ai bien dormi, mais je me suis réveillé avant 12h comme vous le prétendez. Après, j’ai noué mon nguimb et je suis parti à l’arène nationale. Je fais la même chose à chaque fois que j’ai un combat. »

« Je n’ai jamais cassé une vase en sortant de chez moi »

« Je n’ai jamais cassé une vase en sortant de chez moi pour me rendre au stade. Ce sont les autres qui le faisaient, mais pas moi personnellement. Mais ce n’est pas trop important. Mon rôle était de s’entraîner et je l’ai fait. Les autres affaires étaient gérées par d’autres. À mon arrivée, j’ai entendu le Ama Yé ? Ce sont eux qui ont créé cela en disant que je ne voulais pas entendre le Ama Yé. Mais je les comprends. Ils le faisaient pour vendre le combat. Et cela a marché. C’est le moment de remercier les reporters, les communicateurs traditionnels, les influenceurs, tout le monde. »

« Après l’arrêt du combat, j’ai regardé ses genoux plein de sables »

« J’ai fait ce que j’avais à faire. Le reste était géré par d’autres personnes. C’était la première fois que je croise Ama Baldé. Il n’est pas fou pour ne pas être prêt physiquement. Il a bien travaillé. Seulement, il devait perdre face à moi. Il a fait tout ce qu’il devait faire comme moi. Après l’arrêt du combat, j’ai regardé ses genoux plein de sables. Et j’ai compris qu’il avait quatre appuis. Mais il fallait attendre l’arbitre, qui est le maître de l’enceinte. Après, je suis venu à lui pour lui dire que quoiqu’il arrive, cela restera dans le cadre du sport. Qu’il est jeune. Qu’il a l’avenir devant lui. Qu’il doit encore travailler pour revenir plus fort. Il m’a répondu que j’étais son grand. Nous faisons du sport. Avant le combat, on peut tout se dire pour vendre l’événement, mais après, nous redevenons des frères. Le sport doit unir et pas autre chose. Il y a des sports plus difficiles que la lutte et le fair-play y demeure. »

« Je serai à l’arène ce dimanche »

« Que tout le monde m’attend à l’arène nationale, le 19 novembre. Je viendrais pour faire plaisir aux amateurs. Sur le plan de la sécurité, Diambars Productions a pris toutes les dispositions. Je n’ai pas de craintes à ce niveau. Je n’ai rien à conseiller aux lutteurs. S’ils sont prêts physiquement, ils n’auront pas de craintes. Un lutteur prêt ne doit pas avoir de crainte sur son adversaire. »

Source : RECORD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *